• Decrease font size
  • Default font size
  • Increase font size
  • default color
  • color1 color
  • color2 color
  • color3 color

"infectiologie-afrique.com" est le site de la Société Africaine de Pathologie Infectieuses dédié aux professionnels de la santé et particulièrement aux spécialistes des maladies infectieuses.

La SAPI

La SAPI est une association scientifique créée regroupant tous les praticiens s’intéressant aux Maladies Infectieuses et leurs impacts en Santé.

La SAPI participe à toutes les activités de santé publique auxquelles elle est conviée et  invite toutes les sociétés œuvrant dans le même sens à établir des liens avec elle.

7e Congrès de la SAPI

Le congrès se déroulera sur trois jours du 07 au 09 Novembre 2019  a Bassam (CI)

7e Congrès International de la SAPI

Congrès SAPI 2019 du 07 au 09 Novembre à Bassam (Côte d'Ivoire)

7e Congrès de la SAPI à Bassam

La Société Africaine de Pathologie Infectieuse (SAPI), informe toute la communauté scientifique que les résumés peuvent être soumis par mail à l’adresse suivante :  sapi@infectiologie-afrique.com, selon le chronogramme ci-après :

  • 15 Juillet 2019 : ouverture soumission résumés
  • 15 Septembre 2019 : fin soumission résumés
  • 07 Octobre 2019 : notification résumés retenus

7e Congrès de la SAPI : Sous-Thèmes

- Maladies bactériennes et antibio-résistance

- Paludisme, parasitoses et mycoses tropicales

- Arboviroses et autres viroses émergentes et réémergentes

- Infections et maladies non transmissibles

- Maladies tropicales négligées

- Infection à VIH et infections sexuellement transmissibles

- Hépatites virales

Toxi –Infections Et Système Nerveux – Tétanos

Modérateurs : Pr Sounkalo DAO – Pr Moussa Fafa CISSE
Rapporteur : Dr Louise FORTES DEGUENONVO

Cette session s’est déroulée le jeudi 5 novembre 2009 de 14h 30 à 16h 30.
Différentes  études ont été présentées :
• Tétanos maternel à la Clinique des Maladies Infectieuses de Dakar de 2000 à 2007.
- Etude rétrospective réalisée au service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann de 2000 à 2007.
- 09 cas ont été colligés au cours de la période d’étude.

- Etaient touchées les jeunes femmes, incomplétement vaccinées, célibataires et  provenant de la zone suburbaine de Dakar.
- La principale circonstance de survenue était l’avortement clandestin (7 cas).
- La létalité était élevée, de 44,4% en rapport avec les complications infectieuses et obstétricales.
Recommandations :
Prévention par : la vaccination des femmes enceintes et des femmes en âge de procréer ;
et celle l’interruption volontaire de grossesse par la promotion de la contraception et l’éducation des populations.

• Aspects actuels du Tétanos néonatal à la clinique des Maladies infectieuses du CHNU de Fann : A propos de 65 cas.
- Etude rétrospective effectuée au service des Maladies Infectieuses de 2000 à 2007.
-  65 cas enregistrés (8 cas/an).
- Facteurs de risque identifié chez les cas de tétanos néonatal :
- accouchement à domicile (57,7%)
- faible couverture vaccinale des méres
- la létalité élevée de 40% et les facteurs de mauvais pronostic identifés sont :
- l’âge
- la durée d’incubation, d’invasion
- la présence des complications
- le degré de sévérité du tétanos.
Recommandations : renforcer de la vaccination de la femme en âge de procréer et promouvoir l’accouchement propre.

• Le tétanos de l’adulte à N’Djamena à l’hôpital général de référence national au Tchad.
- Etude rétrospective à visée descriptive et analytique réalisée au service des Maladies Infectieuses de l’hôpital général de référence nationale au Tchad de 2006 à 2009. 
- 31cas ont été enregistrés.
- Le tétanos touchait le sujet jeune (âge moyen : 31 ans) de sexe masculin (sex ratio = 4,1).
- La porte d’entrée était le plus souvent tégumentaire (61%). La létalité était élevée (45%).
Facteurs de mauvais pronostic identifiés :
- sexe masculin
- injection intramusculaire
- présence d’une fièvre
Recommandations
Renforcement de la qualité des soins intensifs aux patients pourrait permettre d’améliorer le pronostic de la maladie contre laquelle la vaccination garde tout son intérêt.

 

• Facteurs pronostiques actuels du tétanos à la Clinique des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann, Dakar.
- Etude rétrospective descriptive à visée analytique réalisée au service des Maladies Infectieuses du CHU de Fann de Janvier 2000 à Décembre 2007.
- 774 dossiers ont été colligés dont 51% de tétanos juvénile.
- La létalité était de 21%.
Les facteurs associés à cette létalité :
- âge < 28 jours ou > 60 ans
- incubation < 7 jours
- délai d’hospitalisation < 48 heures
- portes d’entrée graves
- présence de paroxysmes
- terrain sous-jacent.
Recommandations
Amélioration des classifications pronostiques actuelles en tenant compte de l’âge (âges extrêmes) et des pathologies sous-jacentes.

• Le tétanos en 2009 au service des Maladies Infectieuses et Tropicales du CHNU de Fann de Dakar. 
Etude transversale descriptive réalisée au service des Maladies Infectieuses du CHU de Fann de Janvier  2009 à Juillet 2009.
70 cas enregistrés.
Le profil du patient tétanique était :
- L’adulte jeune (âge moyen = 26 ans)
- de sexe masculin (sex ratio = 2,7)
- artisans ou ouvriers (27,2%)
- non vaccinés (54%).
La létalité était de 27%
Facteurs associés au décès :
- âge < 15 ans et > 59 ans
- stade ≥ 3
- survenue de  complications.
Le coût financier moyen  de la prise en charge était élevé (186 340 CFA)
Recommandations : Renforcer la prévention du tétanos :   Programme Elargi de Vaccination (PEV)
  Institution des rappels vaccinaux et sensibilisation du personnel de santé

• Aspects épidémiologiques, cliniques et évolutifs du tétanos au cours du diabète au service de Maladies Infectieuses du CHU de Fann.
Etude rétrospective réalisée au service des Maladies Infectieuses de Fann, de Janvier 2000 à Août 2008.
18 cas de tétanos chez les sujets diabétiques ont été recensés.
Cette association était retrouvée chez
- les sujets âgés (âge moyen = 56 ans),
- de sexe masculin (sex ratio = 2,16)
- diabétiques connus, et n’ayant pas de couverture vaccinale antitétanique.
- Porte d’entrée tégumentaire dans la majorité des cas (huit cas de pied diabétique).
- La létalité était élevée : 61%
Recommandations
- Vaccination antitétanique systématique et correct de tout diabétique
- Prise en charge correcte des portes d’entrée

 

 

• Le tétanos néonatal, affection toujours d’actualité au Sénégal.
- Etude rétrospective descriptive réalisée de 2000 à 2006 à partir des cas de tétanos néonatal colligés au service des Maladies Infectieuses et dans les différentes des régions du Sénégal.
- 222 cas ont été enregistrés au Sénégal et  la majorité des cas provenait de la région de Dakar, de Tambacounda et de Kaolack.
- La porte d’entrée ombilicale était retrouvée dans tous les cas.
- La létalité globale : 49,5%.
- Facteurs de risque associés au décès :
   - âge < 8 jours
  - mère incomplètement vaccinée
   - accouchement à domicile.
Recommandations : Promotion de l’accouchement dans une structure  sanitaire, établissement d’une surveillance épidémiologique des cas de TNN, l’évaluation périodique du taux de couverture vaccinale
, une meilleure éducation et information des populations et du personnel de santé

Les discussions ont permis d’apporter des précisions sur les différentes présentations (les stratégies
 vaccinales au Sénégal, les facteurs pronostiques associés au décès des patients tétaniques,
diagnostic bactériologique, l’antibiothérapie …).
A la fin de la session, le Pr Fafa Cissé est revenu sur la fréquence du tétanos chez l’adulte jeune
et il a préconisé, comme recommandation une implication des médecins du travail et des médecins
de Santé Publique afin de promouvoir la vaccination de ces populations à risque (adulte jeune
ouvrier).
Conclusion : Le tétanos demeure un probléme de santé dans nos pays et ceci quelque soit l’âge (nouveau né, adulte jeune, sujet agé). La létalité est élevée entre 21- 49, 5% et pouvant atteindre 61 % en cas d’association avec le diabéte. En plus des facteurs pronostiques déjà connus, d’autres ont été identifiés à savoir les âges extrémes et la présence de pathologie sous jacente. Le coût de la prise en charge est élevée (186 340 CFA). La prévention de cette affection passe par la vaccination (femmes enceints,  femmes en âge de procréer, adulte jeune ouvrier, diabétique), la promotion des accouchements dans les structures santitaires.

 

LIRE LE DERNIER BULLETIN EBOLA

L’épidémie d’Ebola qui a frappé l’Afrique de l’Ouest a eu de profondes répercussions sur l’économie, la situation humanitaire, la vie politique et les conditions de sécurité. On sait que 20 500 personnes au moins ont été infectées et qu’environ 8 200 sont mortes. Voyant leur vie et leurs moyens de subsistance bouleversés, les habitants de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone ont demandé au reste du monde de leur venir en aide. On trouvera dans les pages de cette publication le récit de l’intervention mondiale de 2014.

Ebola

Cliquer pour lire le document